jeudi, janvier 20, 2022
spot_img
Autres

    Derniers articles

    Légalisation de l’avortement en Afrique : à quel niveau ?

    Le droit à l’avortement légal, libre et gratuit, est un cheval de bataille important pour les féministes dans leur combat pour permettre aux femmes de disposer de leurs corps en toute liberté. L’Organisation Mondiale de la Santé dans un rapport de 2013, estime que plus de 22 millions d’avortements sont pratiqués dans de mauvaises conditions de sécurité. 5 millions de ces procédures vont causer des invalidités durables, et 47 000 d’entre elles sont mortelles.

    En 2021, le Gabon a décidé de dépénaliser l’avortement. Comme expliqué dans cet article, il est désormais possible, avec le consentement éclairé de la personne portant la grossesse, d’y mettre fin sous certaines conditions. Sous nos latitudes où la maternité est considérée comme une étape majeure dans la vie des femmes, qu’en est-il de la situation dans les autres pays d’Afrique?

    Selon l’OMS, sept pays en Afrique ont une législation interdisant l’avortement en toutes circonstances: le Sénégal, la RDC, l’Égypte, Djibouti, Madagascar, le Congo et la Guinée-Bissau. Dans ces pays, peu importe si la vie de la personne portant la grossesse ou celle du foetus est en danger, les médecins ne sont pas autorisés à interrompre la grossesse. A l’opposé, une poignée de pays offrent la possibilité de l’interruption volontaire de grossesse sur simple demande. Sur cette liste, on retrouve le Liberia, São Tomé et Principe, les Seychelles, la Zambie, l’Afrique du Sud et le Botswana. Pour les nations restantes, la loi est plus ou moins similaire à celle qui a été adoptée par le Gabon récemment. Sous certaines conditions, il est possible de se rendre dans un hôpital afin de se soumettre à la procédure médicale dans les meilleures conditions possibles.

    Dans l’Union du 14 octobre 2021, il est écrit que la récente avancée concernant les droits de l’avortement est dûe au travail des militantes féministes. Comme leurs consoeurs gabonaises, dans les autres nations africaines, les militantes féministes sont mobilisées pour obtenir ce droit. Ce n’est pas une tâche aisée, dans des sociétés où l’accès aux différents moyens de contraception n’est pas encore totalement démocratisé, et où l’influence des autorités religieuses qui sont fortement opposées à la légalisation de la procédure reste encore très forte. Malgré tous ces obstacles, elles arrivent à revendiquer leurs droits.

    Ainsi, le Bénin a récemment voté pour un avortement “ A la demande de la femme enceinte, l’interruption volontaire de grossesse peut être autorisée lorsque la grossesse est susceptible d’aggraver ou d’occasionner une situation de détresse matérielle, éducationnelle, professionnelle ou morale incompatible avec l’intérêt de la femme et/ou de l’enfant à naître.”, faisant fi des demandes de l’Eglise catholique, selon le site Benin Web TV. Après la promulgation de cette loi, le Bénin pourrait rejoindre les rangs des pays où l’interruption volontaire de grossesse est accessible sur simple demande.

    A l’heure où le changement climatique annoncé fait déjà des ravages sur le continent, il est vital que tous les habitants de l’Afrique puissent mettre leur potentiel afin d’assurer l’avènement du développement durable. Les inégalités de genre subies par toutes les personnes qui ne sont pas des hommes constituent un véritable frein pour l’ensemble de la société. Combien de femmes n’ont pas pu faire éclore leur talent parce qu’elles n’ont pas eu accès à l’éducation? Combien de femmes n’ont pas pu arriver au bout de leurs ambitions parce qu’elles ont été mariées trop tôt? Combien de femmes ont vu leur carrière ralentie à cause d’une grossesse qu’elles n’ont pas pu mener au moment qui leur convenait?

    En facilitant l’accès à un avortement sécurisé à toutes les personnes susceptibles de porter une grossesse, c’est à la fois une restoration du droit fondamental de disposer librement de son corps mais aussi un premier pas vers une société où ne pas naître dans la mauvaise identité de genre n’est pas un condamnation à une vie sans épanouissement.

    Derniers articles

    spot_imgspot_img

    Ne manquez pas

    Restez en contact

    Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.